3 mai 2022 | Actualités

L’histoire à venir

Du 12 au 15 mai 2022, la 5e édition du festival L’histoire à venir proposera plus de soixante rencontres, débats et ateliers dans différents lieux de Toulouse. Chercheur·ses en histoire, en sciences humaines et sociales, auteur·rices exploreront les « Vingt mille lieux sur la Terre » qui viendront nourrir la thématique de l’édition 2022.

Site de L’histoire à venir

Avec notamment :

Alban Bensa, pour une anthropologie de l’action
Le jeudi 12 mai 2022 à 18h30. Durée : 1h30
Lieu : Pizzeria Belfort
Avec Philippe Artières, Éric Chauvier, Estelle Girard, Frantz Olivié
Anthropologue engagé pour la cause kanak en Nouvelle-Calédonie à partir des années 1970, Alban Bensa (1948-2021) a fait de son terrain et de cet engagement le socle de sa pensée théorique. Une anthropologie de l’action qui postule une continuité entre le vécu et le réel. Aux modélisations abstraites (la culture, la nation, la civilisation), il oppose la parole du sujet et le contexte historique de son énonciation pour décréter la fin de l’exotisme. C’est autour de cette pensée utile face au retour en force des idéologies globalisantes que discuteront son éditeur, un historien et un anthropologue.
Rencontre organisée en partenariat avec le laboratoire Iris (EHESS).

Il est blême, mon HLM ?
Le vendredi 13 mai 2022 à 11h30. Durée : 1h30
Lieu : Cave Poésie
Avec Vanessa Caru, Éric Chauvier, Muriel Cohen, Thomas Laigle
L’habitat populaire fait l’objet de nombreuses représentations paternalistes, misérabilistes et péjoratives, reflet des hiérarchies et des dynamiques de domination sociale, et souvent coloniale ou postcoloniale. L’observation du quotidien et de l’ordinaire de ces quartiers révèle cependant tout un univers de pratiques et de mobilisations qui donnent accès à des manières de vivre ignorées, dans la contrainte mais aussi dans la définition d’un cadre de vie digne et apprécié.
Éric Chauvier, directeur de la collection "Les ethnographiques", a publié Anthropologie de l’ordinaire dans la collection "Essais".

Le Pacifique à l’âge des empires
Le vendredi 13 mai 2022 à 15h. Durée : 1h30
Lieu : Théâtre Garonne
Avec Paulin Dardel, Nicholas Thomas
En France, l’expansion coloniale au XIXe siècle évoque spontanément l’Afrique ou la péninsule Indochinoise, plus rarement l’océan Pacifique. Nicholas Thomas retrace l’histoire de ce chapitre méconnu de l’histoire mondiale en entremêlant les dynamiques variées qui ont mis aux prises les Insulaires du grand océan avec les puissances européennes. La perspective qu’il adopte, au ras des flots, lui permet d’esquisser un monde riche de ses contradictions, qui plonge ses racines dans une histoire millénaire.
Nicholas Thomas a publié Océaniens. Histoire du Pacifique à l’âge des empires dans la collection "Essais".

Paysage sur écoute : des vallées mongoles aux plages électroniques
Le vendredi 13 mai 2022 à 19h30. Durée : 1h30
Lieu : Théâtre Garonne
Avec Sarah Brault, Xavier Collet, Laurent Legrain, Frédéric Sounac
Les lieux se font entendre autant qu’ils se laissent contempler, alors changeons un peu d’optique et fermons les yeux sur tout ce qui peut séparer la musique du paysage. La musique peut-elle dire le paysage ? Le paysage fait-il de la musique ? Le bruit que fait la musique gâche-t-il le paysage ? De l’Allemagne de la fugue à la Mongolie nomade aux paysages sonores générés électroniquement, une musicienne interrogera avec un anthropologue, un spécialiste de musique en littérature et un spécialiste de design sonore les notions de son, de bruit et de musique… en bruit, en son et (on l’espère) en musique.
Frédéric Sounac a publié dans la collection "Fictions" Histoire navrante de la mission Mouc-Marc.
Xavier Collet a composé le design sonore de la Saison 2 des podcasts Tristan.

L’espace en boîte ? Mettre un lieu dans un musée
Le samedi 14 mai 2022 à 10h. Durée : 1h30
Lieu : Librairie Ombres blanches
Avec Julie Clarini, Isabelle Kalinowski, Zahia Rahmani, Nicholas Thomas
Depuis le XIXe siècle, les musées accumulent objets et artefacts qui retracent le récit de l’histoire des grandes « civilisations », pensées à partir des lieux et des périodes qui les ont vu naître, et dans des approches longtemps ethnocentrées. Cette combinaison de l’espace et du temps a ainsi façonné notre représentation du passé, telle que les musées ont aussi contribué à le faire. Comment la muséographie contemporaine envisage-t-elle de façon renouvelée cette relation aux lieux, et comment la met-elle en scène ? Quelle place fait-elle à la perception même de l’observateur, dans son propre rapport à l’espace ?
Isabelle Kalinowski a publié dans la collection "Essais" La Parole inouïe, avec Camille Joseph.

Sur les traces des figures invisibles de l’exploration
Le samedi 14 mai 2022 à 12h. Durée : 1h30
Lieu : Librairie Ombres blanches
Avec Benjamin Balloy, Hélène Blais, Guillaume Gaudin, Frantz Olivié
Flibustiers, scribes, indigènes, arpenteurs, porteurs, soldats, interprètes, femmes et esclaves : souvent anonymes et sans visages, ces figures quasi imperceptibles des voyages, conquêtes et explorations du XVe au XIXe siècle forment pourtant la chair des empires. Nous tenterons ici de saisir dans les archives qui elles sont, à partir des lieux dans lesquels elles évoluent et de leurs rôles dans ces processus historiques.

Vingt mille lieux sur les mers
Le samedi 14 mai 2022 à 14h30. Durée : 1h30
Lieu : Librairie Ombres blanches
Avec Guillaume Calafat, Sonya Faure, Frantz Olivié, Solène Rivoal
Vingt mille lieux… sur les mers ? Cette rencontre se propose de prendre le large : trois historien·nes nous embarquent dans une discussion croisée pour tenter de comprendre comment pirates, marchands ou pêcheurs font des mers et des océans des espaces à investir, autant de lieux connus, vécus, pratiqués, exploités et disputés. Du XVe siècle à aujourd’hui, les mondes maritimes sont de plus en plus perçus comme des territoires singuliers dotés de riches ressources, qui pourtant demeurent redoutés et difficiles à apprivoiser.

Frantz Olivié, éditeur chez Anacharsis, a publié L’Enfer de la flibuste.